1er pillier - L'approvisionnement durable

Suite de cette série d’articles écrits et diffusés durant la SERD 2017 de façon collaborative entre l’association Mirabel LNE, l’association les Petits Débrouillards de Moselle, l’entreprise locale DELLECTABLE et le groupe facebook Zéro Déchet Metz.


Samedi vous avez découvert la SERD, Dimanche l’économie circulaire.

Abordons ensemble le premier pilier de l’économie circulaire : L’approvisionnement durable.




Pour illustrer nos propos, nous continuons notre fil rouge tout au long de la semaine:
- pour les objets organiques : la nourriture
- pour les objets non organiques : le cycle de vie d’un smartphone.

De plus en plus de demande mais moins en moins de matières premières

Avant d’être un déchet, notre objet est un produit. L’objectif de l’économie circulaire est de faire en sorte que cet objet tout au long de son cycle de vie génère le moins de déchet possible.

L’approvisionnement durable est une réflexion en amont de la conception de l’objet (ce point sera abordé dans un autre article à venir).

Ce n’est plus un secret. Les ressources de la planète sont limitées et diminuent chaque jour. Pour autant, les demandes des consommateurs et des industries, elles ne cessent de grandir chaque jour. Le pilier de l’approvisionnement durable est une des réponses pour trouver une solution à cette équation déséquilibrée.

La définition de l’ADEME, communément admise, pour l’approvisionnement durable est “ ce qui concerne le mode d’exploitation/extraction des ressources visant une exploitation efficace des ressources en limitant les rebuts d’exploitation et en limitant l’impact sur l’environnement, notamment dans l’exploitation des matières énergétiques et minérales (mines et carrières) ou dans l’exploitation agricole et forestière tant pour les matières/énergies renouvelables que non renouvelables.”


Réfléchir en terme d’approvisionnement durable c’est donc :

  • Réduire la consommation globale de ressources naturelles et donc redéfinir ses besoins

  • Réutiliser en priorité les matières premières ayant déjà été extraites

  • Favoriser l’utilisation de matières premières renouvelables ;

  • Réduire l’impact environnemental et ne pas gaspiller les matières, dans le cadre de l’exploitation des gisements en cours;

  • Remettre en état les gisements de matière première après leur exploitation;

  • Utiliser des matières premières non entachées de drames sociétaux (il est important de s’intéresser à l’impact sociétal intimement lié à l’impact environnemental).

 

Application à la nourriture et au cycle de vie d’un smartphone

Suivons notre fil rouge et voyons comment l’approvisionnement durable peut être répercuté dans notre quotidien.

Approvisionnement durable et alimentation

L’impact environnemental du cycle de l’alimentation débute avec l’exploitation des ressources naturelles que sont l’air, l’eau, les sols et les matières premières .


Quelques idées au quotidien :
- Favoriser un producteur et les marques qui s’engagent à protéger les sols et la biodiversité. C’est à dire encourager l’agriculture biologique et la permaculture, et si possible des filières agricoles locales.
- Favoriser les marques qui n’utilisent pas d’emballage pour leur produits, ou qui utilisent des emballages réutilisables

- Avoir sur soi un sac pour le transport, pour ne pas utiliser de sacs en plastiques et donc des matières premières non durables




Approvisionnement durable et smartphone


L’approvisionnement en terre rares, éléments indispensables pour la création des smartphone est un enjeu considérable. Outre l’aspect économique de ces matières, l’aspect humain est un sujet particulièrement sensible.

Selon l’ADEME la seule fabrication d’un smartphone serait responsable de ¾ de son empreinte environnementale.

Pour rappel depuis 2010, c’est plus de 7 milliards d’appareils qui ont été vendues à travers le monde. Selon un rapport de Greenpeace la quantité d’énergie pour fabriquer ces appareils est équivalente à une année de consommation électrique en Inde.

Il faut 70Kg de matières premières pour réaliser 1 appareil.


Pour agir concrètement :

- Apportez vos anciens appareils que vous n’utilisez plus, dans des associations comme ENVIE ou les ateliers du Bocage, afin qu’ils puissent leur donner une deuxième vie.
- Le label Ange Bleu. Ce label européen dresse une liste de critères de respect de l’environnement (en terme d’exploitation des gisements) de durabilité, et d’éthique (vigilance sur les conditions de travail des ouvriers de la chaîne de production)

- La certification TCO prévoit également des critères en terme de durabilité et des critères environnementaux (notamment des engagements sur la non utilisation de minerai extraits en zone de conflits)



 




Pour aller plus loin :


Dossier réalisé  par France Nature Environnement sur l’impact environnemental des smartphones: https://ged.fne.asso.fr/silverpeas/LinkFile/Key/784c9b6d-ac63-49d5-b437-4b59ceddf931/Note_FNE_empreinte_cachee_smartphones_sept2017.pdf


La croissance verte est une mystification absolue: https://reporterre.net/La-croissance-verte-est-une-mystification-absolue


Label TCO: https://www.infolabel.be/label/multimedia-communication-tco 


Le fairphone se veut être une alternative aux smartphones "conventionnels" et tente de réduire son impact environnemental et sociétal dans les différentes étapes de fabrication du téléphone, il est également plus facilement réparable qu'un téléphone classique: https://shop.fairphone.com/fr/

 

Thématique environnementale: