4ème pilier- Economie de la fonctionnalité


L'économie de la fonctionnalité est le 4ème pilier de l'économie circulaire. C'est le sujet abordé aujourd'hui dans ce fil rouge d'articles coécrits par l'Association Mirabel-LNE, l'association Les Petits Débrouillards de Moselle, DELLECTABLE (entreprise locale) et le collectif Zéro Déchet Metz.



L’économie de la fonctionnalité, c’est lorsqu’on privilégie l’usage à la possession d’un bien.


On parle aussi de mutualisation des biens et services, de consommation collaborative ou d’économie partagée.


En effet, est-ce réellement utile d’acheter une perceuse si on ne l'utilise qu'une fois par an? Pourquoi ne pas plutôt en emprunter une à son voisin ou la louer?

Acheter l’usage d’un bien plutôt que sa possession


L’exemple le plus courant d’économie de la fonctionnalité est le covoiturage.


Il y a d’autres exemples:

  • L’auto-partage, ou le fait de posséder une voiture pour plusieurs familles et d’en partager les usages.

  • Une entreprise qui vend les services d’une photocopieuse avec un certain nombre de photocopies et pas le photocopieur lui même.

  • Michelin ne vend plus des pneus mais des kilomètres parcourus.

 

Une telle logique incite les entreprises à travailler sur l’allongement de la durée de vie de leurs produits étant donné qu’elles en garde la propriété. Le but est de vendre un maximum d’usage à partir d’un même objet.


Voir la vidéo explicative de la Fondation Ellen McArthur.


Cette économie est parfaitement adaptée aux circuits courts, ainsi elle privilégie l’entraide, la collaboration et le partage. Ainsi on voit apparaître diverses plateformes pour:

- Prêter, donner, des services, des cours etc à ses voisins

- Prêter et emprunter gratuitement les objets

- Donner des objets 

 

Attention cependant aux effets rebonds, un tel fonctionnement augmentant le pouvoir d’achat ne doit pas conduire à consommer plus ailleurs. Dans une logique environnementale, le but de cette économie est bel et bien une certaine sobriété.




Economie de la fonctionnalité et alimentation


Dans une économie classique, dite “linéaire”, le maraîcher vend sa production au supermarché.


Dans l’économie de la fonctionnalité: le maraîcher intègre sa production de légumes dans une offre qui vise le bien être et la santé. Il coopère avec d’autres acteurs publics et privés et avec les bénéficiaires. On peut citer les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP). 

 

Economie de la fonctionnalité et smartphones


Il existe déjà des plateformes de location de smartphones, reste à espérer que celles-ci permettent d’allonger la durée de vie de ces objets via la maintenance et la réparation 

 

Pour aller plus loin:


Etude sur la capacité de “faire” de L’obsoco.

Le site de l’économie de la fonctionnalité.


D’autres plateformes d’autopartage:

- Lorraine Citiz

- Ouicar

 

 

Thématique environnementale: