Bulletin spécial énergie - AVENIR RADIEUX ?


EDITO du bulletin associatif "Avenir Radieux ?"


Dès que l’homme quitta son statut de cueilleur-chasseur, l’énergie devint indissociable de son activité. Ce fut son énergie musculaire puis celle de ses animaux d’élevage qui l’ont aidé à gratter la terre et à déplacer des charges. Celle du bois lui permit de se chauffer, de fabriquer des poteries, des briques et de fondre les premiers métaux. Puis le moulin à eau et le moulin à vent accompagnèrent l’homme pendant le premier millénaire et le Moyen âge.

C’est grâce à l’accès à l’énergie bien plus concentrée du charbon que l’humanité entra dans l’ère industrielle et que la machine à vapeur supplanta les énergies naturelles et, dès lors, lui donna accès à l’électricité. Depuis, le charbon reste toujours le combustible le plus utilisé. Parallèlement, le pétrole, le gaz puis l’uranium permirent les évolutions fulgurantes du XXsiècle. L’homme qui ne fournit que 0,5 kWh de travail musculaire par jour a donc à sa disposition une énergie considérable de 200 à 2 000 fois supérieure à celle qui lui a permis de traverser les millénaires. Cette énergie gratuite lui donne désormais accès à des ressources inaccessibles auparavant et à des modes de cultures intensives qui parallèlement à l’explosion démographique lui permettent d’adapter son environnement.

L’utilisation des énergies fossiles accumulées sur des centaines de millions d’années est depuis intrinsèquement liée à l’activité humaine et corrélée au PIB mondial. Actuellement, on peut affirmer que l’énergie est le vecteur qui permet la transformation des ressources de la planète en déchets. En un siècle à peine, l’homme a épuisé près de la moitié de cette énergie précieuse et concentrée, au point de porter de graves atteintes à son environnement. L’énergie nucléaire nous a rappelé à plusieurs reprises sa dangerosité et nous n’avons pas de réelles solutions pour les déchets qu’elle engendre. Par ailleurs, l’accès à l’énergie n’est pas équitablement réparti et participe à l’accroissement des inégalités entre les pays industrialisés et ceux en voie de développement.

La raréfaction et l’hyper dépendance à ces énergies fossiles, qui sont à l’origine de notre civilisation moderne comme de la pollution grandissante, pourraient bien annoncer son déclin imminent. En conséquence, il devient primordial de sortir rapidement des énergies d’origine fossile et d’opérer la transition vers les énergies renouvelables. Afin d’atteindre l’objectif fixé pour 2050, nous devrons réaliser jusqu’à 65 % d’économies d’énergie, soit environ le double des 35 %  d’énergie résiduelle qu’il faut substituer par des énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables nécessitent le recours à des technologies coûteuses et consommatrices de matières premières, de plus elles sont en concurrence avec la production alimentaire. C’est pour cela que la sobriété et l’efficacité énergétique, les relocalisations, et le recyclage sont des priorités autant physiques qu’économiques nécessaires à la transition écologique et industrielle. Celle-ci sera de plus une opportunité pour engager un réel partage du travail et des ressources. Vu l’intérêt collectif, il faudra recourir à une réglementation contraignante et à l’obligation de financement des travaux, privés comme publics, nécessaires à cette transition qui générera bien plus d’emplois et moins de précarité énergétique.

La catastrophe écologique a déjà commencé. Si nous ne changeons pas radicalement notre mode de consommation elle deviendra irréversible. Des processus incontrôlables, principalement le réchauffement global, s’emballeront avant la fin de ce siècle. Ce ne sont plus de lointaines générations qui auront à vivre ce drame mais une bonne partie des générations actuelles.


SOMMAIRE


Le mirage de l'atome...

Sortir du nucléaire, c’est nécessaire !

Réchauffement climatique et nucléaire

Le nucléaire économiquement pertinent ?

Catastrophe nucléaire, vous êtes assuré ?

Sortir du nucléaire et emploi ?

Quel scénario ?!  pour quel avenir…

Pendant ce temps, à Cattenom…

Centrale de Cattenom : l’histoire d’un combat !

Le Pays des Lacs de Pierre-Percée, bientôt à sec ?

Le projet CIGEO

CIGEO, c’est faisable ?

CIGEO : démocratie enterrée ?

CIGEO, c’est notre argent ?

L’intrusion d’eau, l’ennemi de CIGEO

De la géothermie ou des déchets nucléaires ?


Les énergies fossiles

Électricité « carbonée » : un futur incertain pour la « béquille » du nucléaire

Stop aux gaz de schiste !

L’enfouissement de CO2 en aquifère ouvert, un procédé expérimental à haut risque environnemental

Réflexion sur ULCOS. Quelles variantes à la première version d’ULCOS ?

L’exploitation des gaz de houille en Lorraine : est-ce bien nécessaire ?


Les énergies renouvelables

Les éoliennes : impacts, enjeux et développement

Les petites communes forestières n’ont plus les moyens de se chauffer au bois

Photovoltaïque en Lorraine

METHAVALOR : le résultat d’une lutte associative acharnée !

Utiliser les énergies renouvelables, c’est bien ! Avec cohérence, c’est encore mieux !

En termes d’emploi, ça donne quoi ?

Stockage d’énergie : parent pauvre du développement des ENR - l’exemple des STEP


La sobriété, c'est la clé !

Changeons nos comportements !

Transport :

Les transports en Lorraine

Modes actifs et transition énergétique

Résidentiel / Bâtiments :

Isolons et Réduisons les consommations

Eclairage public :

L’éclairage public, un vaste gisement d’économie d’énergie !

Zoom sur la commune de Scy-Chazelles

Consommation :

Alimentation et transition énergétique

Comment allier efficacité énergétique et développement  des ENR : la Ferme du Vallée

Qui pour nous conseiller ?


"Vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne"


 

Lorraine