Méthanisation

Position de France Nature Environnement

 

La méthanisation, un processus naturel de transformation de la matière organique

 

La méthanisation est un processus biologique naturel, connu depuis longtemps, qui accélère la dégradation de la matière organique en l'absence d’oxygène grâce à l’action de micro-organismes. On parle de digestion anaérobie par opposition à la digestion aérobie qui est la transformation de la matière organique en compost en présence d’oxygène. La méthanisation se déroule de manière contrôlée (température, pH, oxygène) dans un digesteur fermé, chauffé et brassé pendant 40 à 60 jours selon les matières organiques entrantes. Elle permet de produire à la fois une énergie renouvelable, le biogaz, et un digestat, produit humide riche en matière organique, pouvant servir de fertilisant.

 

 

La méthanisation, à la croisée de plusieurs enjeux

 

La méthanisation est à la croisée de plusieurs thématiques environnementales et secteurs économiques qui recouvrent de multiples enjeux étroitement liés : production d'énergies renouvelables, prévention et gestion des déchets, utilisation de ressources agricoles, maîtrise des risques industriels. La difficulté du développement durable de cette filière réside dans l’application d’une vision globale et décloisonnée de ces enjeux.

 

Le biogaz pourrait jouer un rôle clé dans la transition énergétique de la France : il permet à la fois d’accroître la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique et de répondre au défi du stockage des énergies renouvelables intermittentes. Le biogaz peut se substituer après épuration au gaz naturel ou aux carburants fossiles conventionnels utilisés dans le secteur des transports. Il est important que l’injection dans le réseau de gaz et le biométhane carburant soient privilégiés, avant la cogénération ou la production de chaleur.

 

La méthanisation contribue à l’application de la hiérarchie européenne des déchets, dans le sens où elle permet de valoriser la matière et l’énergie issues de déchets. Il est nécessaire qu’elle ne grève pas les efforts de prévention des déchets organiques (réduction du gaspillage alimentaire, jardinage pauvre en déchets verts, etc.) et de gestion de proximité de ces déchets, quand cela est possible (compostage domestique ou semi-collectif). Il est important que seuls les biodéchets triés à la source alimentent le digesteur (pas les ordures ménagères résiduelles issues de tri mécano biologique, par exemple).

 

Production d’énergie, valorisation des biodéchets, la méthanisation connait un nouvel essor qui se traduit notamment au niveau agricole. Elle contribue à une diversification des revenus des agriculteurs et à une meilleure autonomie énergétique des exploitations. Il est important de ne pas avoir recours à des cultures énergétiques dédiées pour alimenter le méthaniseur : la fonction alimentaire des terres agricoles doit être préservée. Par ailleurs, la méthanisation ne doit pas servir de " caution verte " à un modèle agricole productiviste et intensif. Il faut aussi faire attention à ne pas concurrencer des cycles vertueux déjà présents en agriculture. Par exemple, l’utilisation de la paille comme litière et du fumier comme principal apport de matière organique dans les sols. 

 


>> Téléchargez la synthèse bibliographique de France Nature Environnement " Les enjeux liés à la méthanisation "

 



Positionnement de FNE sur la méthanisation : quels enjeux et quel développement souhaitable ?

 

FNE considère que la méthanisation peut être un procédé intéressant permettant à la fois de valoriser l'énergie et la matière organique des intrants, toutefois il est nécessaire de bien définir les cadres d'emploi et de bien cerner les limites et les difficultés. FNE rappelle que la priorité doit être donnée aux économies d’énergie, à la prévention de la production de déchets et à la préservation de la fonction alimentaire des terres agricoles. FNE porte une attention particulière à la solidité économique des projets et à leur dimensionnement qui ne doit pas aller à l'encontre d'une démarche de transition sociétale et agricole. De plus, la gestion des digestats (stockage et épandage) doit prendre en compte les enjeux environnementaux (émissions de gaz à effet de serre, d’ammoniac...) et doit être intégré dans un objectif d’équilibre en nutriment des territoires. Aussi, dans le cadre de la transition d’un mix énergétique dépendant des énergies fossiles vers un mix énergétique majoritairement composé d’énergies renouvelables à l’horizon 2050, FNE soutient le développement de la production de biogaz par la méthanisation sous certaines réserves quant à la mise en œuvre. 

 

 

>> Téléchargez la note de positionnement de France Nature Environnement "Quels enjeux et quel développement souhaitable ?"

 

 

 

 

Thématique environnementale: