La réponse du berger à la bergère !


La réponse du berger à la bergère !


Octobre 2014, depuis 1 an le loup a fait officiellement son retour dans les plaines de Meuse. Le retour du loup en plaine, une première nationale, qui fait les choux gras des médias locaux (la saga de l'été !) et des syndicats de la profession agricole qui ont là l'opportunité d'avoir une tribune. Une tribune qui ne nous est pas ouverte... Il est vrai que ce retour naturel a impacté fortement les troupeaux des éleveurs ovins du Centre meusien. Nos associations ont pleinement pris la mesure du desarroi et du traumatisme subit par les éleveurs face à la presence du loup dans le département qui apparaît comme une difficulté supplémentaire immédiate en plus de celles auxquelles ils sont déjà confrontés.

(Voir notre note de positionnement : http://mirabel-lne.asso.fr/content/loup)


C'est pourquoi, nous avons souhaité ouvrir le dialogue en commançant à rencontrer les représentants de la profession agricole et les éleveurs ovins afin d'échanger sur leurs problèmes, sur les mesures de protection des troupeaux et sur le rôle que nous pourrions jouer pour faciliter leurs mises en oeuvre dans un objectif de cohabitation avec le loup. C'est donc dans un contexte local tendu, qu'une rencontre devait avoir lieu entre Meuse Nature Environnement (MNE) et la FDSEA 55. Afin d'apaiser les tensions et d'assainir les bases constructives du dialogue, la FDSEA 55 a jugé utile de transmettre devant la presse à MNE et MIRABEL-LNE, en amont de la rencontre, une facture à régler concernant le coût de la présence du loup en Meuse depuis 1 an. Malgré cette expédition médiatique, qui se voulait constructive (!), et l'obstination de la FDSEA 55 à vouloir fixer les modalités de la rencontre selon ses conditions, MNE a proposé un report de la réunion, refusé par la FDSEA 55, avant de couper court à tout échange. Depuis, MNE consacre son temps au fond du dossier.


L'histoire aurait pu en rester là mais ce n'était apparemment pas du goût de La GRAINE, un récent collectif d'habitant(e)s révolté(e)s du sud meusien, qui a jugé nécessaire et utile de s'intéresser à cette facture en comparant le coût présumé de la présence du loup en Meuse depuis 1 an et le coût des principales pollutions agricoles de l'eau en Meuse sur une année ! 


Est-ce que les représentants majoritaires de la profession agricole en Meuse étaient bien placés pour adresser cette facture à des associations qui représentent l'intérêt général et les citoyens (contribuables) ? pas si sûr...


A noter que La Graine a fait cadeau du coût du personnel administratif...