SYNDIESE - Consultation du public sur un atelier bois…ou comment dissimuler l’énormité du projet SYNDIESE/CIGEO !

COORDINATION BURESTOP

(Burestop55, Bure Zone Libre, EODRA, Mirabel Lorraine Environnement, Meuse Nature Environnement, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château)

ASODEDRA/CEDRA/ Nature Haute Marne

Des habitant-es en lutte contre Cigeo, de Bure et d'ailleurs



COMMUNIQUE DE PRESSE du 29/03/2016



SYNDIESE

Consultation du public sur un atelier bois

…ou comment dissimuler l’énormité du projet SYNDIESE / CIGEO !

 

Du 02 au 29 marss’est déroulée,à l’initiative de Mme le préfet de Haute-Marne, une consultation du public portant sur la demande d’enregistrement présentée par le Commissariat à l’Énergie Atomique et « aux Énergies Alternatives » (CEA) pour le projet d’exploitation d’un atelier où l’on travaille le bois sur le territoire de la commune de SAUDRON.

 

De qui se moque t-on ?

L'unité de broyage du CEA a déjà fait l'objet d'une déclaration en juillet 2013. Installée à Saudron (52), tout à côté du projet CIGEO (55), elle a été inaugurée le 06 octobre 2014 et est incontestablement exploitée depuis.

Alors que le maitre d’ouvrage et les pouvoirs publics dans leur ensemble, au fil de réunions à public souvent restreint et de documents sur papier glacé, ne font pas mystère du fait qu’il s’agit bien d’un prototype à caractère industriel de gazéification du bois, la population n’a jamais été destinataire d’une information complète et n’a jamais fait l’objet d’une consultation sur l’ensemble du projet.

 

C’est bien là le problème !

Comme il y a plus de 20 ans on a dissimulé le projet CIGEO sous le vocable respectable de « laboratoire », on cache aujourd’hui le projet SYNDIESE sous l’apparence anodine d’une petite unité de transformation du bois, néanmoins piloté par un géant du nucléaire, le CEA.

Et pendant ce temps, ces mêmes acteurs habituent les esprits à accepter une installation qui occupe progressivement mais très concrètement le terrain, jusqu‘au jour où ils imposeront sa réalisation au nom de l’emploi et des investissements déjà réalisés.

On appelle cela « saucissonner » un projet pour mieux dissimuler son ampleur, sa dangerosité et son inutilité.

 

Pourtant, il faut toujours le rappeler, SYNDIESE comme CIGEO ne sont que des projets qui n’ont à ce jour pas encore été autorisés.

 

SYNDIESE, en bref et en chiffres

Ce prototype à caractère industriel a pour ambition de produire du diesel de synthèse et autres sous-produits à partir de biomasse fraîche (du bon bois de nos forêts !) :


Ses besoins ?

*90 000 tonnes de bois brut pour alimenter …3000 véhicules par an…soit 20% de la ressource bois supplémentaire disponible en Lorraine.

En Lorraine, L’ADEME et la cellule Bois biomasse ont d’ores et déjà pointé l’impossibilité pour la Lorraine de fournir une telle quantité de bois : dès 2017, la Lorraine -hors projet Syndièse- aura déjà des difficultés à fournir la demande en bois, compte-tenu des projets déjà acceptés.

 Il faudrait aussi 9 à 10 usines Syndièse pour faire rouler les  28 000 véhicules du Pays Barrois (sud de la Meuse)…soit, au bas mot, près d’1 million de tonnes de bois chaque année!

 

*et -toujours annuellement- la consommation électrique d’une ville de 30 000 habitants ! car il en faut des étapes industrielles à forte consommation énergétique pour gazéifier du bois : broyage, séchage, pyrolyse, gazéification, purification, électrolyse, procédé Fischer-Tropsch…d’où un rendement énergétique de 30%.

 7 arbres sur 10 partiraient donc en poussières et en fumées!

 

Ses rejets ?

* 32000 m3/an d’effluents, soit 1 piscine olympique par mois : poussières et cendres, gaz et goudrons toxiques, métaux lourds…sans compter les risques d’incendie et d’explosion pour une usine de type SEVESO.

 

Son utilité ?

 * 270 millions d’euros d’investissement pour accoucher d’un accompagnement économique qui a tout du greenwashing.

Comme le dit son maitre d’ouvrage (le CEA) dans son rapport d’activité 2013, ce sera une « solution bas-carbone pour tous les types de transport » !

Il faut bien se targuer de faire des énergies alternatives, des énergies « vertes », pour donner le change de la « transition énergétique », celle qu’on met en avant avec le Grenelle de l’environnement et la COP21, tout en continuant à faire du nucléaire !

Personne ne peut être dupe, à moins de croire les discours officiels…

 

Nous ne voulons cautionner ni cette façon de pratiquer la démocratie, ni ce projet, pas plus que celui de l’enfouissement des déchets radioactifs auquel il est intimement lié.

Contact : MIRABEL-LNE, Régine MILLARAKIS, 03 29 75 19 72

 

Notes :
Pour consulter notre analyse du projet  SYNDIESE et les raisons de notre opposition ferme à la gazéification du bois :
http://mirabel-lne.asso.fr/content/syndiese

 

 

 

Lorraine