Propositions associatives sur la prévention et gestion des déchets dans le Grand Est

Dans un article précédent nous exposions les tenants et les aboutissants ainsi que les enjeux du Plan Régional de Prévention et Gestion des Déchets Grand Est.

Depuis environ 1 an maintenant, nous participons dans le cadre de la confédération FNE Grand Est aux côtés de Champagne-Ardenne Nature Environnement (CANE), Alsace Nature et avec notre association membre Air Vigilance à l’élaboration de ce plan.

En effet, nous étions présents aux 3 Commissions Consultatives d’Elaboration et de Suivi (CCES) qui se sont réunies au cours des grandes étapes d’élaboration du plan (ouverture des travaux, présentation de l’état des lieux et présentation des différents scénarii) ainsi qu’à l’ensemble des Groupes de Travail mis en place pour des thématiques spécifiques (2 séries au mois de juin et septembre 2017 et une troisième se déroulera au mois d’avril 2018). Les thématiques balayées par ces groupes de travail sont la prévention des déchets et tarification incitative, le tri & recyclage, l’élimination & la valorisation énergétique, les biodéchets, les déchets dangereux, les déchets des activités économiques (DAE) et les déchets du BTP.



Les principales revendications associatives dans le cadre de ce Plan Régional de Prévention et Gestion des Déchets sont les suivantes :


  • Faire participer les association à la création et au fonctionnement d’un observatoire régional des déchets dans le Grand Est  et élargissement des fonctions de celui-ci à la Recherche et Développement ainsi qu’une dimension transfrontalière ;

 

  • Pousser l’ensemble des collectivités à aller vers la tarification incitative, et mieux vers la redevance incitative plutôt que la taxe, car il s’agit du plus fort levier permettant de réduire rapidement la quantité de déchets ;

 

  • Développer une politique ambitieuse en faveur de la prévention des déchets. Pour éviter une mise en concurrence des politiques, il est important de ne pas cloisonner les domaines de la prévention et du recyclage et de bien articuler la cohérence entre les différents objectifs ;

 

  • Développer une économie circulaire bénéfique pour l’environnement par un dispositif de soutien et de valorisation des activités visant à l'allongement de la durée de vie des produits (réemploi, réparation, réutilisation, économie de la fonctionnalité…) ;

 

  • Réorienter l’effort collectif en dirigeant prioritairement les investissements publics vers l’isolation des bâtiments plutôt que vers le couple « incinérateur-réseau de chaleur » qui -in fine- constitue un piège antinomique avec la prévention des déchets et la lutte contre le gaspillage énergétique ;


L'élimination des déchets « ultimes » par le stockage ou l'incinération a des impacts environnementaux considérables qui doivent nous amener à faire évoluer profondément nos modes de production et de consommation ;

 

  • Ainsi, nous demandons premièrement un gel des créations ou des extensions d’installations de traitement des déchets tant que le PRPGD n’est pas approuvé ;

 

  • Deuxièmement, que soient intégrées dans les évaluations des capacités de traitement nécessaires les résultats attendus des efforts de prévention et de tri à la source des déchets (prévus par la Loi de transition énergétique, LTECV: tri à la source des biodéchets à échéance 2023, objectif de réduction des DAE, tri en 5 flux différents des DAE, augmentation des taux de recyclage, généralisation de la tarification incitative, augmentation du taux de matériaux issus du réemploi dans le BTP...);

 

  • Dernièrement, que soient imposées des réductions identiques pour l'incinération et le stockage des déchets afin d’aller au-delà des objectifs de la LTECV et programmer une diminution progressive des capacités d'incinération à l'horizon 2025.

 

Pour en savoir plus sur nos revendications en matière de prévention et gestion des déchets, vous pouvez consulter notre cahier de propositions ci-joint.

Thématique environnementale: